Commune mixte puis sous -préfecture de Palestro (1889-1962)

Cote9155/1-92
Description matérielle3, 30 mètres linéaires
OrigineVersement de la commune mixte de Palestro
Organisme responsable de l’accès intellectuel Archives nationales d'outre-mer
29 chemin du Moulin de Testa, 13090 Aix-en-Provence
Langue des unités documentairesfrançais

A l'origine, Palestro n'est qu'un centre de colonisation, créé par arrêté gubernatorial du 10 septembre 1869, dans l'un des territoires du douar Ammal ; il s'étendait sur 546 hectares. Rattaché brièvement à plusieurs districts, cercles ou circonscriptions cantonales, il l'est à la commune mixte de Dra-el-Mizan en 1871. Agrandi, il se détache de cette commune mixte de Dra-el-Mizan et devient une commune mixte propre, le 1er janvier 1873.

A l'intérieur de ce territoire, est créée par ailleurs une commune de plein exercice de Palestro, avec un maire élu, par décret du 25 février 1879.

Après l'ajout de quelques centres et douars à son territoire, la commune mixte va perdurer avec des limites fixes et définitives, dès 1884. L'administrateur réside à Palestro.

Elle est dotée d'une Société indigène de prévoyance en 1894, dans le but d'améliorer les cultures agricoles. Elle produit du vin, des olives, de l'huile, des caroubes, du blé, de l'orge et des fèves. Le liège récolté dans ses forêts est sa principale ressource. Palestro (la commune de plein exercice) est située sur la ligne de chemin de fer Alger-Constantine.

Le rattachement de cette commune mixte a été fait à l'arrondissement d'Alger. A partir de 1955, la commune mixte dépend du sous-préfet de Bouira ou de celui de Fort-National selon les moments, mais elle est supprimée en tant que commune mixte par arrêté du ministre résidant du 30 novembre 1956 : il reste la commune de plein exercice, et l'ensemble de son territoire est élevé au rang de sous-préfecture peu après. C'est en effet le décret du 20 mai 1957 qui crée un département de Tizi-Ouzou, formé de six arrondissements dont celui de Palestro. Cette sous-préfecture a fonctionné jusqu'en 1962.

Le fonds ne permet pas de connaître la période "ancienne" de la commune mixte, de 1873 à 1945, hormis pour un seul sujet, très restreint, la défense des centres de colonisation à partir de 1889.

Tout un pan de la vie de ce territoire nous échappe donc. Ce petit fonds contient très peu de documents des années 1930, et ne commence véritablement que vers 1946-1947. C'est par conséquent surtout la sous-préfecture créée en 1957 qui apparaît. En revanche, les archives parviennent jusqu'à l'année 1962 pour les dossiers résultant de la guerre d'Algérie : l'organisation générale de la répression, les groupes mobiles de sécurité, les événements à Guerrouma, les nationalistes, les attentats et manifestations font l'objet de documents ou de tracts, assez peu nombreux toutefois.

La série des rapports mensuels de l'administrateur puis du sous-préfet est la base de toute étude, puisqu'elle relate l'ensemble de la vie locale chaque mois, mais tous ces rapports sont absents avant 1948, et il n'en existe plus après décembre 1960.

La vie économique est décrite par des rapports, mais uniquement de 1958 à 1961. Les matériaux de rédaction de la monographie par l'administrateur en 1952-1953, à la demande du préfet, fournissent un éclairage sur l'histoire et la situation de la commune mixte.

C'est surtout la vie politique que l'on peut atteindre en consultant ces dossiers : ils portent sur l'opinion publique à Palestro, les djemâas, le Parti du peuple algérien. Les nominations de délégués spéciaux en 1957 sont bien documentées. Enfin des détails comme les chiffres de vente des journaux, ou la fermeture d'un café suspect, présentent de l'intérêt.

Enfin, et pour l'essentiel, ce fonds concerne la guerre d 'Algérie. Des tracts, des comptes rendus de manifestations ou d'actes de sabotage, des listes de nationalistes (du Parti du peuple algérien, ou du Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques) rendent compte des tendances nationalistes, puis du déroulement de cette guerre. L'attitude prise par les autorités et les populations lors du rappel de Massu à Paris, puis lors du putsch d'avril 1961, est documentée. L'action des SAS (Sections administratives spécialisées, créées en 1955) se reflète dans leurs rapports mensuels, mais ceux-ci ne sont pas tous présents avant 1959, et il n'en existe pas après 1960. L'action du commandement civil et militaire de Kabylie, celle du général Olié, est évoquée ; l'action du FLN également. Quelques pièces sont relatives à l'embuscade de Palestro, qui surprit l'armée française en mai 1956.

En application des articles L 213.1 et L 213.2 du Code du patrimoine, les documents décrits dans le présent instrument de recherche sont librement communicables.

Préfecture d'Alger, Bureau spécialisé de la défense nationale, FR ANOM 91/5Q138 : Evénements de l'automne 1955 et mesures prises (1955) anom.archivesnationales.culture.gouv.fr/ark:/61561/fj540keimd.num=20.geogname=Palestro%2C+Commune+mixte+%28Alg%C3%A9rie%29http://anom.archivesnationales.culture.gouv.fr/ark:/61561/mt758mggkf

Cabinet du préfet d'Alger, Rapports mensuels des administrateurs de communes mixtes (1951-1956)

Préfecture de Grande-Kabylie, Note sur la mine de plomb et de zinc de Guerrouma,1956-1960, FR ANOM 9150/323

Préfecture de Grande-Kabylie, Monographies, 9150/236,

Sous-préfecture de Tizi-Ouzou, FR ANOM 915/184 : Terrorisme kabyle, notamment liste des rebelles et des suspects de la commune mixte de Palestro (1955-1956).

Sections administratives spécialisées, arrondissement de Palestro, FR ANOM 5 SAS, 1955-1962

Guerre 1914 - 1918. Fonds du ministère des Pensions : livre d'or des Morts pour la France - Palestro mixte. Département d'Alger

Centre des hautes études sur l'Afrique et l'Asie modernes - Rohard, Pierre, L'évolution sociale et économique dans le Guerroump (Arrondissement de Palestro) (1960)

  • Jean NOEL, Journal d'un administrateur à Palestro, Alger : Baconnier, 1958
  • Raphaëlle BRANCHE, L'embuscade de Palestro : Algérie 1956, Paris : A. Colin, 2010
DERNIÈRE MISE À JOUR LE 2018-01-26

Archives
Répertoire méthodique établi par Isabelle Chiavassa, conservatrice en chef du patrimoine
Recherche par critères
 ou entre   et