Secrétariat d'État à la Marine - Correspondance à l'arrivée en provenance de la Louisiane (1675/1819)

Cote de référenceFR ANOM C13A1-54, C13B1, C13C1-5
Référence Internetark:/61561/bo755dyt
Description matérielle 5 m.l.
OrigineSecrétariat d'État à la Marine
Organisme responsable de l’accès intellectuel Archives nationales d'outre-mer
29, chemin du moulin Destesta, 13090 AIX-EN-PROVENCE, FRANCE

Les termes contenus dans les analyses de cet inventaire correspondent aux termes utilisés au XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles par les rédacteurs des documents.

Inventaire des archives coloniales - Sous-série C13- Correspondance à l'arrivée en provenance de la Louisiane, tome 1 (C13A articles 1 à 37), Paris, La Documentation française, 1976, 480 p., tome 2 (C13A articles 38 à 54, C13B article 1, C13C articles 1 à 5), Paris, La Documentation française, 1982, 292 p.

La Louisiane est colonie française de 1682 à 1763. Découverte par Cavelier de La Salle en 1682, elle ne reçoit véritablement de peuplement qu’avec l’arrivée de Lemoyne d’Iberville et l’installation d’un établissement à Biloxi en 1699. La Louisiane est confiée en 1712 à Antoine Crozat qui fonde une compagnie pour la mise en valeur du territoire, mais en 1717 la Louisiane passe à la Compagnie des Indes de Law. La colonie est cédée à la couronne en 1731. La culture du coton apparaît en 1740, celle de la canne à sucre en 1751. En 1762, la partie occidentale (rive droite du Mississipi) est cédée secrètement à l’Espagne pour la dédommager de la perte de la Floride et faire taire ses revendications sur la partie française de Saint-Domingue. Au traité de Paris en 1763, la rive gauche est cédée à l’Angleterre. La Louisiane espagnole sert de refuge aux Français chassés d’Acadie et du Canada. En 1800 l’Espagne rétrocède sa partie de Louisiane à la France ; celle-ci la vend aux Etats-Unis en 1803.

Il convient de souligner, dès l'abord, que ce terme de Lousiane ne doit pas faire illusion. Les documents analysés intéressent une aire géographique qui déborde très largement, et dans toutes les directions, les frontières de l'état américain qui porte ce nom. Pour les hommes des XVIIe et XVIIIe siècles, l'expression géographique de Louisiane couvrait une zone qui représente certainement un tiers au moins des Etats-Unis d'aujourd'hui, c'est-à-dire, en gros, les régions délimitées au nord par les Grands Lacs, à l'est par la chaîne des Appalaches, à l'ouest par les Montagnes Rocheuses. C'est donc tout le bassin du Mississippi au sens large qui se retrouve concerné. Certes, l'implantation française n'a pas recouvert une aire aussi immense, mais, soit à l'occasion de voyages d'exploration, soit par le canal des relations avec les tribus indiennes, les contacts furent relativement fréquents, même avec les régions où la colonisation semblait absente.

Cette correspondance est essentiellement constituée par les rapports et mémoires adressés au ministre par les autorités chargées de l'administration de la colonie : gouverneur, commissaire ordonnateur, officiers divers, militaires et civils, chefs de postes, conseillers au Conseil supérieur, etc. Viennent aussi s'y adjoindre quelquefois des lettres de particuliers : colons, négociants, religieux.

A ces documents de base, s'ajoutent divers éléments d'ordre administratif : pièces jointes aux lettres des administrateurs, assez peu nombreuses, car elles ont souvent disparu ou ont été reclassées dans d'autres séries, décision du Conseil de Marine pour la période 1716-1723, notes et extraits rédigés dans les bureaux de Versailles à l'intention du ministre.

On trouve également de nombreux documents financiers : budgets, états de dépenses, etc., et aussi des « documents divers », essentiellement des mémoires généraux sur la colonisation, la mise en valeur du pays, l'économie, la défense, la politique à suivre avec les Indiens.

Classée et reliée vers 1880, cette série a été, il faut l'avouer, assez maltraitée à cette époque par des archivistes qui ne brillaient ni par une grande rigueur de méthode ni par une connaissance approfondie de l'histoire coloniale. Le classement chronologique n'est trop souvent qu'approximatif, les désordres et les chevauchements demeurent nombreux.

L'édition électronique de cet inventaire a été l'occasion, dans le mesure du possible, de restituer un classement chronologique plus cohérent.

La Louisiane française, site lancé par le Ministère de la Culture en association avec plusieurs institutions françaises et américaines en 2003, année de la célébration du bicentenaire de la vente de la Louisiane aux États-Unis par la France.

DERNIÈRE MISE À JOUR LE 2015-07-21

Archives
Inventaire établi par Marie-Antoinette MENIER, Etienne TAILLEMITE et Gilberte de FORGES, révisé et complété par André BROCHIER, conservateur en chef
Recherche par critères
 ou entre   et