Ministère d’État chargé des affaires algériennes : Service des affaires économiques et financières (1881-1963)

Cote de référenceFR ANOM 81 F 1789-FR ANOM 81 F 2381
Référence Internetark:/61561/dy768vqquxf

Lors de sa création en 1944, le bureau économique et financier constitue le troisième bureau de la sous-direction des affaires d’Algérie. Il a pour attribution l’examen des budgets, le contrôle de la réglementation en matière de régime fiscal, d’emprunts, de régime douanier. Il est aussi chargé de coordonner les travaux sur l’orientation de la politique économique, sur le développement industriel de l’Algérie, sur la participation de l’Algérie aux accords commerciaux. Bien que ce bureau dépendant du ministère de l’Intérieur soit concurrencé, voire contesté, après la deuxième guerre mondiale, par les services du ministère des Finances et les organes représentant l’Algérie à Paris, son importance s’accroît au fur et à mesure que l’État développe ses investissements et ses interventions dans le domaine économique, aux dépens de la réelle autonomie financière de l’Algérie. Par ailleurs, comme le bureau administratif, ce bureau joue un rôle dans la procédure d’homologation des décisions de l’Assemblée algérienne et du Gouverneur général de l’Algérie. Dans l’exercice de ces missions, le bureau est en relation avec les services du ministère des Finances et les services spécialisés du Gouvernement général de l’Algérie.
Selon le rapport du chef du bureau « Organisation et méthodes » du ministère de l’Intérieur, en 1950, ce bureau, alors dirigé par Robert Rigard, est officieusement divisé en quatre sections : direction du service, section économique, section financière et bureau d’ordre. Ses effectifs paraissent alors trop faibles pour pouvoir traiter l’ensemble des affaires qui lui sont confiées. Lors de la création de la direction des affaires d’Algérie en 1955, ce bureau est rattaché à la deuxième sous-direction confiées à Robert Rigard. Bertrand est nommé chef du bureau. En 1958, le bureau est scindé en deux : bureau des affaires financières et section des affaires économiques. L’année suivante, en mai 1959, la section économique disparaît mais les attributions de l’ancien bureau des affaires économiques et financières sont réparties entre trois bureaux différents : le bureau financier et de l’économie, le bureau des affaires agricoles et le bureau du commerce. En mars 1961, la structure du service des affaires économiques et financières du ministère d’État chargé des affaires algériennes reprend cette organisation en trois bureaux : bureau des affaires économiques et des finances, bureau des affaires agricoles, bureau des affaires commerciales.
En revanche, le service des affaires économiques et financières perd sa vocation à l’indépendance de l’Algérie. Au sein du secrétariat d’État auprès du Premier ministre chargé des affaires algériennes, il est alors remplacé par le service de la coopération économique et financière, dirigé par Jean-Jacques Burgard, inspecteur des Finances. Ce service est subdivisé en trois bureaux : bureau de la coopération financière, bureau de la coopération économique, bureau des intérêts économiques français en Algérie.

Quelques documents datant de la période de l’Algérie indépendante, de 1962 à 1964, se trouvent dans le présent fonds, mais l’essentiel des archives pour cette période est à rechercher dans le fonds du secrétariat d’État chargé des affaires algériennes conservé par la direction des Archives du ministère des Affaires étrangères.

DERNIÈRE MISE À JOUR LE 2015-03-12

Archives
Répertoire établi par Agnès GOUDAIL, conservateur et Hélène TAILLEMITE, chargée d’études documentaires et complété par Daniel HICK, conservateur en chef
Recherche par critères
 ou entre   et