Ministère des Colonies. Série géographique Dahomey (1889/1918)

Description matérielle34 cartons ; 5,5 ml.
OrigineMinistère des Colonies
Organisme responsable de l’accès intellectuel Archives nationales d'outre-mer
29, chemin du moulin de Testa, 13090 AIX-EN-PROVENCE, FRANCE

Libre accès aux originaux.

Pour 1863-1886, voir Série géographique  Gabon, Correspondance générale et Expansion territoriale et politique indigène.

Pour 1886-1889, voir Série géographique  Sénégal, Correspondance générale, Expansion territoriale et politique indigène et Affaires diplomatiques.

Comme ce fut le cas pour d'autres territoires de l'Afrique de l'Ouest colonisés par la France, les origines de l'implantation française au Dahomey se situent sur les côtes, en particulier aux comptoirs de Ouidah et de Grand Popo, dès le XVIIIe siècle, puis en 1841 ( maison de commerce Régis). Des traités de commerce et de protectorat sont signés avec différents souverains, notamment le roi d'Abomey. L'histoire des peuples du Dahomey avant ou peu après l'arrivée des Européens est l'une des mieux connues de l'Afrique de l'Ouest, grâce à l'abondance des témoignages écrits.

Les Établissements du golfe du Bénin sont organisés en 1884, ils relèvent à partir de 1891 de la « Guinée française et dépendances » ( ancienne « Rivières du Sud ») ; la colonie du Dahomey et dépendances est créée par décret du 22 juin 1894. Dans l'intervalle, les conflits avec les souverains d'Abomey, Gléglé, puis Béhanzin, leur résistance, entraînent l'envoi de deux expéditions militaires, en 1890 et 1893-1894.

Le contenu de la Série géographique Dahomey est en partie le reflet de cette histoire, pour la période 1889 -1918. Il se compose essentiellement de correspondances, en particulier entre les gouverneurs et résidents d'une part, et le ministre des Colonies, d'autre part, de dossiers relatifs à la prise de possession des différents territoires, aux délimitations des frontières et aux relations avec les chefs locaux. Ultérieurement, sont surtout importants les documents correspondant aux travaux d'aménagement du port de Cotonou ( construction du wharf ).

En 1914, à la demande de la Commission supérieure des archives et bibliothèques du ministère des Colonies, le ministre confie une mission d’études à Christian Schefer, professeur à l’Ecole libre des sciences politiques, pour le classement des archives du ministère des Colonies.

Schefer remet en cause le principe du respect des fonds. Il se propose donc « d’établir de toutes pièces un ordre de classement qui grouperait sans artifices trop grands tous les documents existants et permettrait de fournir dans le moindre temps possible les précisions que désireraient les services actifs ». Il imagine donc de créer des groupes géographiques et un groupe « affaires générales » qu'il constitue à partir des dossiers de plusieurs des services du ministère, essentiellement de la direction des Affaires politiques.

Schefer n'a pu constituer que les séries relatives à l’Afrique. La mission fut définitivement arrêtée en 1915. La méthode choisie se révéla erronée : les dossiers ont été disloqués - et les documents concernant une même affaire peuvent se trouver répartis entre des dossiers différents et même entre des séries différentes-, des pièces jointes séparées de rapports, des ensembles de correspondance fragmentés.

DERNIÈRE MISE À JOUR LE 2009-09-23

Archives
Répertoire établi à partir du "Guide des sources de l'histoire de l'Afrique", révisé et complété par les Archives nationales d'outre-mer
Recherche avancée
 ou entre   et