Archives privées. Colonel Monteil (1879/1932)

Cote de référenceFR ANOM 40 APC 1 à 2
Référence Internetark:/61561/go284bwr
Description matérielle2 cartons
Organisme responsable de l’accès intellectuel Archives nationales d'outre-mer
29, chemin du moulin de Testas, 13090 AIX-EN-PROVENCE, FRANCE

Don.

Le lieutenant Parfait Louis Monteil (1855-1925) rejoint le Sénégal en 1877. A Saint-Louis il se lie d’amitié avec Gallieni dont il devient le suppléant à la direction des Affaires politiques. En 1879-1880 c’est la mission de reconnaissance au Djolof et au Ferlo dans le nord-est du Sénégal. Il rentre en France en 1880. Il accompagne ensuite le capitaine de vaisseau Dorlodot Des Essarts nommé gouverneur des Etablissements français d’Océanie. Il y reste deux ans. En 1884 il est de nouveau en Afrique, chef de la mission topographique du Haut-Sénégal, il relève le tracé du chemin de fer Sénégal-Niger. En 1886 il s’embarque pour l’Indochine où il reste 18 mois. En 1890 c’est le grand voyage d’exploration en Afrique : il s’agit de reconnaître entre le Niger et le Tchad la ligne de démarcation des zones d’influence française et anglaise. Il part de Saint-Louis du Sénégal le 10 septembre 1890 et arrive à Tripoli le 10 décembre 1892 après avoir parcouru 7800 kilomètres. Cet exploit est marqué par la signature de traités avantageux pour la France.

Il est nommé l’année suivante gouverneur et commandant supérieur du Haut-Oubangui. Mais lorsqu’il débarque il est dirigé sur la Côte d’Ivoire et en septembre 1894 prend contre Samory le commandement de la colonne de Kong réclamée par Marchand et le gouverneur Binger. Il est grièvement blessé au combat et doit se retirer devant Samory ; une commission d'enquête attribue à Monteil la responsabilité de l'échec de Kong. Monteil prend sa retraite en 1896 à 41 ans. Il se consacra alors à diverses activités politiques et déploya une grande activité au moment de la guerre des Boers en tant que président du comité français des Républiques sud-africaines. A l’approche de la première guerre mondiale il fut réintégré dans l’armée active et promu colonel le 24 janvier 1916. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur ses missions.

Les documents qui constituent la sous-série 40 APC ont été versés par Mme Monteil après leur utilisation par Henri Labouret dans son ouvrage « Monteil explorateur et soldat » paru en 1937.

Ils retracent les différents séjours africains de Monteil de 1897 à 1895. Sa première mission eut un retentissement considérable : de nombreuses lettres de félicitations et des invitations se trouvent jointes aux quelques documents se rapportant à la mission.

Se trouvant prématurément à la retraite, en 1896, Monteil se consacra à diverses activités politiques : création de la Ligue des intérêts de la Défense nationale, candidatures à la députation et au Sénat ; liaisons avec des personnalités politiques (duc d'Anjou, duc d'Orléans), dont les dossiers se font le reflet. C'est surtout au moment de la guerre des Boers que Monteil déploie une grande activité, en qualité de président du Comité français des Républiques Sud-africaines, qui envoie des volontaires au Transvaal. De nombreuses correspondances émanent des volontaires et de leurs familles (1895-1900).

Parallèlement aux pièces se rapportant à l'activité de Monteil comme militaire, explorateur, homme politique, les dossiers comprennent une importante correspondance privée émanée de parents, amis, les deux types de documents s'interpénétrant.

Lettres d'explorateurs contemporains de Monteil (Baratier, Baud, Bonnel de Mazières, Destenave, Hourst, Klobb, Maistre, prince Henri d'Orléans, Quiquandon, Spitzer, Underberg, Paul Soleillet, etc.), d'officiers supérieurs, de personnalités civiles du monde politique, de la famille de Bourbon, de Fernand Langlé, son beau-père, et surtout une correspondance suivie avec Gallieni, depuis leurs jeunes années au Sénégal, jusqu'à la mort de Gallieni, alors ministre de la Guerre, en 1916, accompagnée de billets des proches de celui-ci. Monteil ayant été chargé d'organiser les obsèques nationales de Gallieni, plusieurs pièces s'y rapportent (photos), ainsi qu'à un voyage de Monteil sur la tombe de son ami à Saint-Raphaël.

Les dossiers contiennent également des textes de conférences sur Monteil, et de lettres reçues par Mme Monteil, en particulier au moment de l'inauguration du monument Monteil à Niamey.

Libre accès aux originaux.

DERNIÈRE MISE À JOUR LE 2011-11-04

Archives
Répertoire établi par Monique POULIQUEN, conservateur, révisé et complété par les Archives nationales d'outre-mer
Recherche par critères
 ou entre   et