Sous-préfectures d'Algérie. Sous-préfecture d'Aumale (1955-1961)

Cote de référenceFR ANOM 9125/1-69
Référence Internetark:/61561/jm704vpc
Description matérielle6,5 mètres linéaires
OrigineDépartement du Titteri. Sous-préfecture d'Aumale
Organisme responsable de l’accès intellectuel Archives nationales d'outre-mer
29 chemin du Moulin de Testa, 13090 Aix-en-Provence
Langue des unités documentairesfrançais

Située à 889 mètres d'altitude, la ville d'Aumale est construite sur le site de la ville romaine d'Auzia, au pied du Djebel Dirah.

L'arrondissement d'Aumale n'a été créé que par un décret du 14 janvier 1944. Il relevait directement du préfet d'Alger. En 1946, son ressort couvrait 4 communes de plein exercice et 6 communes mixtes, et comptait 285.890 habitants, dont 6.106 Européens.

Plus tard, il fut rattaché à un nouveau département plus proche : il releva jusqu'en 1962 du préfet de Médéa, dit aussi préfet du Titteri, à partir du décret du 28 juin 1956.

Le fonds ne comprend pas un seul document de la période de 1944 à 1955, période du premier arrondissement d'Aumale, dépendant d'Alger.

Seule la seconde période, celle du rattachement au préfet de Médéa (1956-1961), est présente. Le sous-préfet fut Bussière en 1957, puis Georges Claverie de 1958 à 1961.

Le fonds concerne presque en totalité la guerre d'Algérie : les informations quotidiennes dominent, venues de tous les services concernés, armée, gendarmerie, services de police, sections administratives spécialisées. Elles sont présentes aussi sous forme de synthèse hebdomadaire ou mensuelle ; ces synthèses portent parfois sur l'état d'esprit général des populations, et non sur les petits événements quotidiens.

Outre ces renseignements quotidiens, des dossiers d'un grand intérêt sur la rébellion comprennent des tracts ou des listes de personnes, portent sur les découvertes de collusion avec le FLN, notamment dans des cas sensibles impliquant des notables locaux ; sur le FLN, sur le Front Algérie française, sur le Mouvement national algérien (et son Armée nationale du peuple algérien), sur les Forces auxiliaires françaises musulmanes (forces alliées à la France contre la rébellion), et sur les faits bien connus dits "expérience Bellounis". Il s'agissait d'un chef rebelle du Mouvement national algérien, Bellounis, rallié à la France et chargé de rallier la population dans cette région d'Algérie, mais au comportement quelque peu indépendant, qui inquiète les autorités.

Les assignations d'individus à résidence en vertu des pouvoirs spéciaux, et leur levée, constituent une collection d'arrêtés, de 1958 à mai 1961.

Une suite de procès-verbaux d'enquête préliminaire dressés par la gendarmerie couvre les années 1957 à 1961.

Un dossier montre que des accusations étaient portées contre certaines actions des forces de l'ordre.

Enfin, les rapports du sous-préfet au préfet donnent ses réflexions, son évaluation de la situation, de 1959 à 1960 ; les rapports des Sections administratives spécialisées évoquent leur action, et également toute la vie quotidienne, de 1957 à 1961 ; et deux petits dossiers représentent le suivi par le sous-préfet de deux grèves ponctuelles de commerçants en 1961.

La dominante presque exclusive est bien la guerre d'Algérie, non seulement dans ses aspects militaires, mais aussi ses implications dans la vie politique locale.

Ces archives permettent de mettre en perspective les relations entre autorités civiles et militaires, à une époque charnière où on voit les pouvoirs civils du sous-préfet confiés à un colonel, puis revenant petit à petit au sous-préfet.

En application des articles L 213.1 et L 213.2 du Code du patrimoine, les documents décrits dans le présent instrument de recherche sont librement communicables, à l'exception des articles 30-31 et 37 à 41 (affaires soumises aux juridictions : 75 ans).

Ministère d'État chargé des Affaires algériennes

Gouvernement général d'Algérie

Préfecture d'Alger

Sections administratives spécialisées

Autres préfectures d'Algérie

DERNIÈRE MISE À JOUR LE 2016-03-08

Archives
Répertoire établi par Isabelle CHIAVASSA, conservateur en chef
Recherche avancée
 ou entre   et