Sections administratives spécialisées en Algérie (SAS) (1953/1962)

Cote de référenceFR ANOM SAS
Référence Internetark:/61561/mt758xsa
Description matérielle202 m.l.
OrigineSections administratives spécialisées en Algérie (SAS)
Organisme responsable de l’accès intellectuelArchives nationales d'outre-mer
29, chemin du moulin de Testa, 13090 AIX-EN-PROVENCE, FRANCE
Langue des unités documentairesFrançais

Les débuts de la guerre ainsi que l'état de sous-administration de l'Algérie, notamment dans les campagnes, ont conduit le gouverneur général Jacques Soustelle à recourir à des officiers spécialisés dans les affaires algériennes. Leur mission générale était "la reprise en main de la population" qui se trouvait en rupture de contact, afin de porter remède à "la carence presque généralisée du renseignement, tant politique qu'opérationnel" (directives du 4 octobre 1955). Ces officiers, responsables de Sections administratives spécialisées, se voyaient confier des attributions identiques à celles des administrateurs civils, cependant qu'une hiérarchie était mise en place auprès des préfets et sous-préfets, avec des officiers supérieurs constituant des échelons de liaison de département ou d'arrondissement. Les sections disposaient de personnel et d'une troupe de protection et de surveillance, le maghzen, composée de moghaznis recrutés sous contrat.

A la suite de la création des nouvelles communes et des élections municipales de 1959, les chefs de SAS. furent notamment chargés de faciliter aux maires l'exercice de leurs attributions, et de veiller à la mise en oeuvre du plan de développement économique et social des communes. A partir de 1961 le dispositif des SAS. fut allégé. En 1962, le décret du 17 février porta création de services civils au nombre plus réduit, les Centres d'aide administrative (CAA), mais seuls certains de ces centres purent être constitués.

Une directive du Haut Commissaire de la République en date du 19 mai 1962 prescrivit aux préfets de prendre les mesures nécessaires pour que Sections administratives spécialisées, Sections administratives urbaines, Centres d'aide administrative, Centres urbains d'aide administrative aient effectivement cessé de fonctionner au plus tard au 30 juin 1962. Après l'indépendance de l'Algérie demeurèrent un moment en place de simples organes de liquidation des Affaires algériennes.

Les Archives nationales d'Outre-mer ne possèdent que quelques articles du Service central du personnel des Affaires algériennes (1 SAS 1-4). Les archives des sections et échelons de liaison conservées aux ANOM ne concernent que les régions d'Alger et Constantine, celles de la région d'Oran sont en déficit. Les fonds ne sont pas exempts de lacunes internes et un certain nombre de SAS sont absentes.

Seules sont mentionnées ci-dessous les lacunes les plus importantes :

- région d'Alger : échelon de liaison du département de Tizi-Ouzou ; échelons de liaison des arrondissements de Tablat (département de Médéa), Miliana et Ténès (département d'Orléansville) ; échelons de liaison et SAS des arrondissements d'Ouled-Djellal (Médéa), Orléansville et Téniet-el-Haad (Orléansville).

- arrondissements de Miliana et Ténès

- région de Constantine : échelons de liaison des arrondissements de Bône, Tébessa (Bône) et Constantine (Constantine) ; échelons de liaison et SAS des arrondissements de Barika, Corneille (Batna), La Calle, Guelma (Bône), Aïn-Beïda, Collo, Djidjelli (Constantine) ; SAS des arrondissements de Biskra (Batna), Clairfontaine et Souk-Ahras (Bône)

- arrondissements d'Arris (Batna), Bône, Tébessa (Bône) Sétif (Sétif) et Constantine (Constantine) où manquent les SAS non urbaines.

Ces lacunes peuvent être en grande partie palliées par le recours aux fonds des Échelons de liaison des départements et des arrondissements qui exerçaient un contrôle sur les sections de leur circonscription et recevaient rapports périodiques et études monographiques.

Archives nationales d'outre-mer

Fonds du Ministère chargé des affaires algériennes (1873-1964), sous-série 81F

- Fonds du Ministère du Sahara

- Fonds des cabinets civils des gouverneurs généraux de l'Algérie, puis délégués du gouvernement en Algérie

- Fonds de l'Inspection générale des Territoires du Sud au gouvernement général de l'Algérie (série 23 H)

- Fonds des préfectures et sous-préfectures d'Algérie

- Fonds des communes mixtes

- Bulletin de liaison et de documentation des officiers des Affaires algériennes, 1955/1962 (Bibl. AOM 20027)

Service historique de la Défense

On consultera notamment la série H sur les archives militaires de l'outre-mer et en particulier la sous-série 1H (1H 1091-4881. 1945-1967) qui concerne les archives de la guerre d'Algérie et qui demeure la source principale de l'histoire de la présence militaire française dans ce pays.

Sous-série 1 H Algérie 1 H 1091-4881 (1945-1967). Répertoire numérique détaillé. Tome II. 1ère partie : Délégation générale, commandement en chef, état-major interarmées, circonscriptions, par Jean Nicot, archiviste-paléographe, conservateur en chef honoraire au S.H.A.T., Philippe Schillinger, archiviste-paléographe, conservateur général du S.H.A. T. et Caroline Piketty, archiviste-paléographe, conservateur aux Archives nationales avec la collaboration de François-Xavier Guénot, chargé d'études documentaire, de l'adjudant-chef Isabelle Devoucoux, du sergent-chef Hélène Faivre d'Arcier et de Laure Le Roux, adjoint administratif principal (Château de Vincennes, 2001).

Les inventaires de la sous-série H sont disponibles sur le site internet du SHD.

En application du Code du patrimoine, certains dossiers ne sont pas communicables, sauf après l'obtention d'une dérogation : accéder au formulaire

DERNIÈRE MISE À JOUR LE 2015-09-28

Archives
Répertoire établi par Laurent ESCANDE et Thomas FAUGERAS, éducateurs du contingent, révisé et complété par Martine CORNEDE, conservateur général du patrimoine
Recherche avancée
 ou entre   et