Ministère des Colonies. Série géographique Tchad (1898/1918)

Cote de référenceFR ANOM 2101 COL 1 à 10
Référence Internetark:/61561/ns484kfw
Description matérielle4 cartons ; 0,5 ml.
OrigineMinistère des Colonies
Organisme responsable de l’accès intellectuel Archives nationales d'outre-mer
29, chemin du moulin de Testas, 13090 AIX-EN-PROVENCE, FRANCE

Libre accès aux originaux.

Même si la France a fait reconnaître ses droits sur le Tchad par les accords franco-allemands de 1894 et franco-britanniques de 1898 et 1899, l'occupation de ces territoires se heurte à une forte résistance. Sur le chemin du lac Tchad, plusieurs missions sont massacrées : mission Crampel en 1891, mission Cazemajou et Olive en 1898, mission Bretonnet en 1899.

La résistance à la pénétration française est en effet très forte. Par ses conquêtes le chef Rabah s'est taillé un véritable empire autour du lac Tchad. Il a placé le Dar Kouti sous l'autorité de son allié, le sultan Mohammed el Senoussi. En 1897, il s'engage dans une guerre victorieuse jusqu'à la bataille de Kousseri (22 avril 1900) où il est tué. Son empire s'effondre alors et les Français prennent pied sur les bords du lac Tchad. Après le Baguirmi, passé sous protectorat français en 1895, la France s'installe dans une partie du Bornou. Le Tchad est constitué en 3ème territoire militaire. Cependant au nord, les chefs appartenant à la confrèrie sénoussite tiennent le Kanem et le Ouaddaï.

Progressivement, de 1909 à 1916 le colonel Moll, tué à Abéché en 1909, et le colonel puis général Largeau s'emparent du Borkou, de l'Ennedi, du Tibesti et du Dar Kouti. Le Ouaddaï résiste jusqu'en 1924. Le 26 août 1922, le Tchad est érigé en colonie ; il intègre l'Afrique équatoriale française.

En 1940, à l'initiative de son gouverneur Félix Eboué, le Tchad est la première colonie à se rallier au général de Gaulle et à la France libre. En 1946, le Tchad devient un territoire d'outre-mer avec représentation parlementaire et assemblée élue. Le 28 novembre 1958, le Tchad se proclame république autonome, membre de la Communauté, et le 11 août 1960 accède à l'indépendance.

En 1914, à la demande de la Commission supérieure des archives et bibliothèques du ministère des Colonies, le ministre confie une mission d’études à Christian Schefer, professeur à l’Ecole libre des sciences politiques, pour le classement des archives du ministère des Colonies.

Schefer remet en cause le principe du respect des fonds. Il se propose donc « d’établir de toutes pièces un ordre de classement qui grouperait sans artifices trop grands tous les documents existants et permettrait de fournir dans le moindre temps possible les précisions que désireraient les services actifs ». Il imagine donc de créer des groupes géographiques et un groupe « affaires générales » qu'il constitue à partir des dossiers de plusieurs des services du ministère, essentiellement de la direction des Affaires politiques.

Schefer n'a pu constituer que les séries relatives à l’Afrique. La mission fut définitivement arrêtée en 1915. La méthode choisie se révéla erronée : les dossiers ont été disloqués - et les documents concernant une même affaire peuvent se trouver répartis entre des dossiers différents et même entre des séries différentes-, des pièces jointes séparées de rapports, des ensembles de correspondance fragmentés.

La série Tchad est très peu volumineuse : elle contient toutefois des rapports importants sur la situation politique et militaire du territoire de 1900 à 1915.

Voir aussi : Série géographique Afrique, Ouadaï-Darfour ; série Missions ; Fonds du ministère des Colonies-Direction des Affaires politiques.

DERNIÈRE MISE À JOUR LE 2011-11-03

Archives
Répertoire établi à partir du "Guide des sources de l'histoire de l'Afrique", révisé et complété par les Archives nationales d'outre-mer
Recherche par critères
 ou entre   et