Ministère des Colonies. Série géographique Mauritanie (1901/1932)

Cote de référenceFR ANOM 1704 COL 1-FR ANOM 1707 COL 8
Référence Internetark:/61561/tb194wrh
Description matérielle5 cartons ; 0,6 mètres linéaires
OrigineMinistère des Colonies
Organisme responsable de l’accès intellectuel Archives nationales d'outre-mer
29, chemin du moulin de Testa, 13090 AIX-EN-PROVENCE, FRANCE

En 1914, à la demande de la Commission supérieure des archives et bibliothèques du ministère des Colonies, le ministre confie une mission d’études à Christian Schefer, professeur à l’Ecole libre des sciences politiques, pour le classement des archives du ministère des Colonies.

Schefer remet en cause le principe du respect des fonds. Il se propose donc « d’établir de toutes pièces un ordre de classement qui grouperait sans artifices trop grands tous les documents existants et permettrait de fournir dans le moindre temps possible les précisions que désireraient les services actifs ». Il imagine donc de créer des groupes géographiques et un groupe « affaires générales » qu'il constitue à partir des dossiers de plusieurs des services du ministère, essentiellement de la direction des Affaires politiques.

Schefer n'a pu constituer que les séries relatives à l’Afrique. La mission fut définitivement arrêtée en 1915. La méthode choisie se révéla erronée : les dossiers ont été disloqués - et les documents concernant une même affaire peuvent se trouver répartis entre des dossiers différents et même entre des séries différentes-, des pièces jointes séparées de rapports, des ensembles de correspondance fragmentés.

Dès le Haut Moyen-âge, la région est dominée par des tribus nomades (converties à l'Islam au XIe siècle), dont sont issus les Almoravides qui étendent leur suzeraineté sur le Maroc et sur la moitié de l'Espagne. Dans la deuxième moitié du XVe siècle, le littoral est exploré par les navigateurs portugais puis fréquenté par les négociants hollandais, anglais et français. Les Français obtiennent au XVIIIe siècle la possession d'Arguin et de Portendick, importants établissements pour le commerce de la gomme contrôlé par les émirs du Brakna et du Tzarza. Ceux-ci tentent en permanence d'augmenter leur territoire et menacent le Sénégal dont les gouverneurs engagent une lutte armée jusqu'au traité de Saint-Louis en 1859.

En 1902 et 1903, Xavier Coppolani, chargé d’une mission spéciale parmi les populations de Mauritanie, obtient l’abdication de l’émir des Trarza et établit un protectorat sur le Brakna. Le territoire ainsi constitué est alors placé sous l’autorité d’un commissaire relevant du gouvernement général de l’Afrique occidentale française. Le Tagant et l’Adrar sont conquis de 1907 à 1909 et des terres peuplées de nomades maures détachées du Soudan français sont rattachées en 1945 à la Mauritanie. Celle-ci devient colonie en 1920, administrée depuis Saint-Louis, au Sénégal. Elle reçoit le statut de territoire d’outre-mer en 1946, puis de république autonome dans le cadre de la Communauté en 1958 et obtient son indépendance en 1960.

Quatre des vingt séries du plan de classement établi par Schefer pour les groupes géographiques sont documentées : expansion territoriale et politique indigène, expéditions militaires, affaires diplomatiques et administration générale. Les trois premières séries sont constituées par la correspondance échangée entre les ministères des Colonies, de la Marine, de l'Intérieur, les gouverneurs généraux de l'Afrique occidentale française et de l'Algérie, accompagnée de nombreux rapports, entre 1901 et 1925. La quatrième série rassemble les procès-verbaux de séance du conseil d'administration des années 1921-1932 et les rapports de présentation au conseil de gouvernement de l'Afrique occidentale française de 1929 et de 1931.

A travers ces documents, l'histoire de de la colonisation commence avec les missions Coppolani et les débuts de l'organisation administrative du territoire. Elle se poursuit par la gestion du maintien de la présence française face à la rébellion des tribus nomades, notamment grâce à l'expédition du colonel Gouraud (colonne de l'Adrar) en 1909 avec, en corollaire, les relations diplomatiques entre la France, le Maroc et l'Espagne. Elle se termine par la question de la réorganisation des confins sahariens entre la Mauritanie, l'Algérie et le Soudan et la création d'unités méharistes de surveillance.

Libre accès aux originaux.

DERNIÈRE MISE À JOUR LE 2011-04-19

Archives
Répertoire établi à partir du "Guide des sources de l'histoire de l'Afrique", révisé et complété par les Archives nationales d'outre-mer
Recherche par critères
 ou entre   et