Sous-préfecture de Djidjelli (anciennement commune mixte) (1866/1962)

Code de communication 9318 n° de carton
Cote de référence9318 1-85
Référence Internetark:/61561/wz818rllol
Description matérielle 11M.l.

La sous-préfecture de Djidjelli est créée par le décret n° 56-641 du 28 juin 1956. En 1957, elle regroupe 26 communes sur un territoire de 155 000 hectares.

Les documents compris dans ce répertoire sont produits essentiellement par l'ancienne sous-préfecture de Djidjelli, les quelques reliquats du fonds de la commune mixte, institution qui la précéda, restant très isolés. À l'instar des sous-préfectures algériennes crées en 1956, la sous-préfecture de Djidelli a une existence assez courte, et dure jusqu'en 1962. L'étude de ce fonds permet d'appréhender avant tout l'implication et la participation de cette administration à l'effort de guerre : les services œuvrant à la protection des biens et des personnes, des fermes isolées comme des voies de communication, produisent par les instructions qui sont délivrées et les comptes qui sont rendus, un éclairage essentiel sur la lutte contre les actes de sabotage et de terrorisme. La vie politique durant les sept ans d'existence de la sous-préfecture est bien représentée, par les opérations de révision des listes électorales et les comptes rendus des referendums et des élections sénatoriales, cantonales et municipales qui s'y déroulèrent, mais aussi par les rapports dressés sur les grèves ou sur l'état d'esprit de la population, point de mire de l'administration. La coordination entre les administrations civiles, dont fait partie la sous-préfecture, et les autorités militaires, notamment par les commissions d'action psychologique, par l'organisation du regroupement des populations et par l'extension des zones interdites ou enfin par la centralisation et la transmission des renseignements est un autre axe d'étude que ce fonds peut offrir. Enfin, il est important de noter dans ce fonds la présence des dossiers relatifs à l'implantation et à l'organisation des sections administratives spécialisées (SAS) et des groupes mobiles de sécurité (GMS) dans l'arrondissement ; ces rapports complètent très heureusement le fonds des sections administratives spécialisées du département de Constantine, totalement lacunaire pour l'arrondissement de Djidjelli.

Les documents sont librement communicables dans leur totalité, à l'exception des dossiers, assez rares, dont la communication porte atteinte au secret médical, communicables à l'expiration du délai de 120 ans à compter de la date de naissance de la personne, et de ceux dont l'état trop dégradé rend impossible leur consultation en salle de lecture.

Accéder à l'inventaire en ligne.

DERNIÈRE MISE À JOUR LE 2017-04-18
État général des fonds
Recherche par critères
 ou entre   et