Sous-préfecture de La Calle (1912/1962)

Code de communication 9334 n° de carton
Cote de référence9334 1-49
Référence Internetark:/61561/wz818rotlnz
Description matérielle 7M.l.

L’administration des sous-préfectures créées en Algérie lors de la réforme départementale de 1955 et leur organisation sont très mal connues. La création du département de Bône et celle, consécutive, des nouveaux arrondissements qui le composent, sont décidées par la loi du 7 août 1955 et les décrets des 23 août 1955 et 11 janvier 1956. Toutefois, pour La Calle, la nouvelle sous-préfecture et l'ancienne commune mixte coexistent de la sorte pendant plus d'un an, la suppression de la commune mixte étant fixée par arrêté du 12 janvier 1957 ; et c'est ce même arrêté qui porte création de 18 communes en remplacement de l'ancienne unité administrative.

La sous-préfecture de La Calle est constituée d’une part des nouvelles communes, anciens centres et douars, issues de la totalité de l’ancienne commune mixte de La Calle, d’autre part d’une partie de celles issues de l'ancienne commune mixte de l'Edough ainsi que de la commune de plein exercice de La Calle. Deux décrets du 29Mai et du 28 juin 1956 font du sous-préfet le tuteur des communes existantes et des communes nouvellement créées.

Le fonds de la sous-préfecture de La Calle est tout à fait représentatif de ces administrations françaises qui concentrèrent leurs pouvoirs et leurs moyens dans la participation à l'effort de guerre. Les services oeuvrant à la protection des biens et des personnes, des fermes isolées comme des voies de communication, produisent par les instructions qui sont délivrées et les comptes qui sont rendus, un éclairage essentiel sur la lutte contre les actes de sabotage et de terrorisme. Les cantonnements, déplacements et activités des rebelles font l'objet de rapports réguliers et complets. On trouve dans ce fonds les pièces habituelles de surveillance et de contrôle des individus, liées à l'application des pouvoirs dits spéciaux : arrêtés et dossiers d'assignations à résidence, d'interdictions de séjour ou de suspensions de paiement. La ligne Morice commençant au nord dans l'arrondissement de La Calle, la contrôle de la circulation frontalière fait l'objet d'une attention toute particulière : les modalités de délivrance de laisser-passer sont soigneusement détaillées, tout comme les instructions relatives à la circulation des véhicules, au regroupement des populations et à l'extension des zones interdites. La coordination entre les administrations civiles, dont fait partie la sous-préfecture, et les autorités militaires, notamment par les commissions d'action psychologique, par les commissions mixtes d'arrondissement, par les comités de renseignement et d'action (CRA) ou enfin par la centralisation et la transmission des renseignements est un autre axe d'étude que ce fonds peut offrir. Enfin, il est important de noter dans ce fonds la présence des dossiers de personnel des officiers des Affaires algériennes, mais surtout entre 1956 et 1960 des rapports réguliers produits par les chefs de Sections administratives spécialisées de l'arrondissement ; ces rapports complètent très heureusement le fonds des Sections administratives spécialisées du département de Bône, totalement lacunaire pour l'arrondissement de La Calle. Au total, la sous-préfecture de La Calle offre un complément indispensable au fonds déjà classé de la commune mixte, permettant une étude complète de l'action de l'administration française dans ce territoire.

Les documents sont librement communicables dans leur totalité.

DERNIÈRE MISE À JOUR LE 2017-04-18
État général des fonds
Recherche par critères
 ou entre   et