CARTOTHÈQUE

Comme les fonds « papier » traditionnels, la cartothèque regroupe des ensembles de documents cartographiques constitués d’une part par les services ministériels qui, à un titre ou un autre, ont eu au fil du temps la charge des colonies et d’autre part par les services de l’administration coloniale dans les différents territoires. Compte tenu de leurs spécificités esthétique et matérielle et de l’évolution des méthodes archivistiques de traitement de ces documents, il est arrivé que ces fonds constitués soient traités comme des collections de pièces isolées, ou même des pièces isolées et soient séparés. Ainsi, il est parfois difficile voire impossible aujourd’hui de reconstituer complètement et sûrement certains fonds, dont de nombreuses pièces ont été distraites au fil du temps, et auxquels inversement, des pièces d’autre provenance ont pu être ajoutées par commodité, parce qu’elles avaient le même objet ou le même format. Néanmoins, la principale distinction évoquée ci-dessus demeure valide.

Tout ce qui peut être inscrit sur une carte ou sur un plan se trouve dans cet ensemble d’environ 60 000 documents : les productions agricoles, la répartition des populations par ethnies, les gisements de minerais, les exportations, les essences forestières, les données hydrographiques et océanographiques nécessaires à la navigation, qu’elle soit fluviale ou côtière, voire hauturière, l’urbanisme, l’amélioration de l’habitat, l’adduction d’eau, l’irrigation, le cadastre, les réseaux de transports, de télécommunications, de distribution électrique, mais aussi les zones endémiques de maladies tropicales ou infectieuses, les mesures de prophylaxie, les plans de bâtiments publics, les délimitations de frontières, l’organisation administrative du territoire colonisé, les expéditions de découverte ou de conquête, entre autres, sont représentés sur les documents cartographiques de ces différents fonds et ensembles.

Les cartes et plans sont classés selon plusieurs systèmes qui se juxtaposent : par origine (Dépôt des fortifications des colonies, service géographique des Colonies, services géographiques territoriaux), par zone géographique (subdivisions du Dépôt des fortifications des colonies, du service géographique des Colonies), par format (pièces isolées de toutes origines), par localisation ancienne qui a fini par devenir, par abus de langage, une cote (fonds rapatriés des différentes colonies). Le chercheur a intérêt, compte tenu de ces aléas de classement et de cotation, à systématiquement consulter, pour un territoire donné, tous les ensembles disponibles : fonds ministériels, fonds territoriaux rapatriés des différentes colonies, pièces isolées et fonds privés.

Chaque ensemble est doté d’un instrument de recherche, indiqué avec sa présentation.

La banque d'images Ulysse associe une description minimale aux pièces numérisées qu’elle présente, de façon à permettre l’interrogation.

Tous les documents publics, qui constituent la majorité des fonds cartographiques, sont aujourd’hui librement communicables selon les termes du code du patrimoine. Cependant, certaines pièces peuvent faire l’objet de restrictions de communication si leur état en rend la manipulation dangereuse pour leur conservation. Les documents numérisés et accessibles dans la banque d’images Ulysse ne sont plus consultables que sous cette forme, qui permet d’ailleurs souvent une meilleure lisibilité des détails que l’orginal.

Les reproductions sont possibles, dans les limites d’une part des possibilités techniques de l’atelier de reproduction des ANOM (en particulier, les très grands formats ne peuvent être reproduits en interne) et d’autre part des droits de propriété intellectuelle et de reproduction existants sur certains documents publiés.

DERNIÈRE MISE À JOUR LE 2017-04-18
État général des fonds
Recherche par critères
 ou entre   et