Préfecture de Constantine. Centre de liaison et d'exploitation (1955/1958)

Cote de référenceFR ANOM 93/1 à 376
Référence Internetark:/61561/ys826nin
Description matérielle 47 m.l.
Organisme responsable de l’accès intellectuel Archives nationales d'outre-mer
29, chemin du moulin de Testa, 13090 AIX-EN-PROVENCE, FRANCE

La création des centres de liaison et d'exploitation est une conséquence directe de l'extension des activités indépendantistes au début de la guerre d'Algérie. En effet, pour y répondre, les forces de l'ordre ont besoin de disposer le plus rapidement possible d'informations fiables. La centralisation et la diffusion des renseignements nécessaires sont donc confiées à ces centres départementaux, placés sous l'autorité du directeur de cabinet du préfet, mais dont le personnel est militaire.

Le centre de liaison et d'exploitation du département de Constantine est installé à la préfecture le 15 novembre 1955. Il semble y avoir poursuivi ses activités jusqu'au milieu de l'année 1958.

Les archives du centre de liaison et d'exploitation de Constantine représentent une source de première importance pour l'histoire des premières années de la guerre d'Algérie dans le département. Y sont notamment recensés les opérations militaires et de police, les renseignements obtenus sur la rébellion, diverses analyses provenant aussi bien d'organismes militaires que civils (police). Par ailleurs, les bulletins de renseignements quotidiens permettent de suivre les événements au jour le jour. De plus les statistiques élaborées par le centre dessinent l'évolution générale de la situation dans le département.

Le classement proposé s'articule autour des trois divisions instaurées lors de la création du centre :

- Secrétariat et bureau d'archives ;

- Comité de liaison chargé de regrouper les renseignements ;

- Centre d'information (ou de messages) qui assure, outre la réception des informations, la rédaction des bulletins de renseignements quotidiens et des statistiques.

Le centre avait, au moins partiellement, son propre système de classement, mais, à ce jour, il n'a été trouvé aucun document l'explicitant. Celui-ci était double : d'une part un ensemble de documents conservés dans des chemises cotées de façon décimale (manifestement inspirée de la classification de Dewey), d'autre part des documents cotés de façon alphanumérique (A1, B1, etc.). Enfin une bonne partie des archives était dénuée de toute cotation ou système de repérage. Le classement ci-après prend en compte ces éléments d'information, même incomplets, sur la gestion par le centre de ses propres documents.

Documents librement communicables.

DERNIÈRE MISE À JOUR LE 2012-01-17

Archives
Répertoire établi par André BROCHIER, conservateur en chef
Recherche par critères
 ou entre   et