Ministère des Colonies. Série géographique Côte d'Ivoire (1881-1930)

Cote de référenceFR ANOM 1301 COL 1-FR ANOM 1319 COL 4
Référence Internetark:/61561/zn876tqumu
Cotezone générique = FM, zone fonds = SG, zone cote = CIV/n° série/n° dossier
Description matérielle27 articles (cartons), 3,5 m.l.
OrigineMinistère des Colonies
Organisme responsable de l’accès intellectuel Archives nationales d'outre-mer
29, chemin du Moulin de Testas, 13090 AIX-EN-PROVENCE, FRANCE

Les Portugais implantent des comptoirs sur le littoral de l'actuelle Côte d'Ivoire dès la fin du XVe siècle et entrent dans les circuits de la traite des esclaves. Les Hollandais, les Français et les Anglais s'installent ponctuellement par la suite. Les Français s'établissent plus durablement à partir de 1842 à 1870, en concurrence avec les Britanniques jusqu’à la Conférence de Berlin en 1885. Les Établissements français de la Côte d’Or, d'abord dépendant du Sénégal, sont organisés de façon autonome par décret du 1er août 1889 (à effet au 1er janvier 1890).

La colonie de Côte d'Ivoire, créée par le décret du 17 décembre 1891, devient autonome par celui du 10 mars 1893. Son gouverneur est chargé du protectorat sur les États de Kong et les autres territoires de la boucle du Niger. La Côte d'Ivoire fait partie de l’Afrique occidentale française constituée par décret du 16 juin 1895. De 1894 à 1915, les gouverneurs successifs se heurtent à la résistance des troupes de Samory puis de divers chefs de guerre.

La colonie comporte tout d'abord 10 cercles : Cavally, Béréby, San Pedro, Sassandra, Lahou, Baoulé, Dabou (ou Lagunes), Grand-Bassam, Assinie, Indénié. Le cercle de Bondoukou est créé en mars 1898. Les cercles ou résidences d’Odjenné, Kong et Bouna sont rattachés à la Côte d'Ivoire lors de la dislocation du Soudan français par décret du 17 octobre 1899. Le cercle de Kong donne naissance à ceux du Djimini, de Korhogo et de Séguéla par arrêté du 5 octobre 1905. La réorganisation administrative du 31 décembre 1907 maintient la division en 14 cercles. Le cercle des Gouros est constitué le 25 novembre 1912, celui de l'Agnéby le 10 août 1915.

La Côte d'Ivoire reçoit une grande partie des territoires de la colonie de la Haute-Volta lors de la suppression de celle-ci par décret du 5 septembre 1932, jusqu’à son rétablissement par la loi du 4 septembre 1947. Ce sont les cercles de Batié, Bobo Dioulasso, Gaoua, Koudougou, Ouagadougou, Kaya, Tenkodogo et la partie du cercle de Dédougou située sur la rive droite de la Volta Noire. Le nombre et la composition des cercles évoluent jusque dans les années 1950.

Territoire d’outre-mer en 1946, la Côte d’Ivoire devient une république au sein de la Communauté le 14 décembre 1958, indépendante le 13 août 1960.

La capitale est tout d'abord Grand-Bassam, puis Bingerville (1900), Abidjan (1934) et Yamoussoukro (1983).

En 1914, à la demande de la Commission supérieure des archives et bibliothèques du ministère des Colonies, le ministre confie une mission d’études à Christian Schefer, professeur à l’École libre des sciences politiques, pour le classement des archives du ministère des Colonies.

Schefer remet en cause le principe du respect des fonds. Il se propose donc « d’établir de toutes pièces un ordre de classement qui grouperait sans artifices trop grands tous les documents existants et permettrait de fournir dans le moindre temps possible les précisions que désireraient les services actifs ».

Schefer imagine donc de créer un premier groupe de dossiers portant sur l'ensemble des colonies (Généralités) et un second groupe, classé par continent (Séries géographiques) : chaque groupe est improprement appelé fonds. Ces fonds sont constitués à partir des dossiers de plusieurs des services du ministère, essentiellement de la direction des Affaires politiques. Dans les Séries géographiques, un premier fonds comprend l’ensemble de la région (exemple : Afrique) ; ensuite, chaque colonie comprise dans le groupe devient l’objet d’un fonds particulier (exemple : Côte d'Ivoire). À l’intérieur de chaque fonds, on trouve des subdivisions d’ordre logique, les séries, qui groupent des pièces se rapportant à une même nature d’affaires. Les séries sont désignées par des chiffres romains (de I à XX) dont les intitulés sont immuables d'un fonds à l'autre.

I Correspondance générale

II Mémoires, publications, expositions

III Explorations et missions

IV Expansion territoriale et politique indigène

V Expéditions militaires

VI Affaires diplomatiques

VII Administration générale et municipale

VIII Justice

IX Finances

X Culte, instruction publique, beaux-arts

XI Police, hygiène, assistance

XII Travaux et communications

XIII Agriculture, commerce, industrie

XIV Travail et main-d’œuvre

XV Entreprises particulières

XVI Troupes et marine

XVII Approvisionnements

XVIII Personnel

XIX Contrôle et inspection

XX Statistique

Schefer n'a pu constituer que les séries relatives à l’Afrique. La mission fut définitivement arrêtée en 1915. La méthode choisie se révéla erronée : les dossiers ont été disloqués - et les documents concernant une même affaire peuvent se trouver répartis entre des dossiers différents et même entre des séries différentes -, des pièces jointes séparées de rapports, des ensembles de correspondance fragmentés. A ceci, s'ajoute la constitution d'épais dossiers avec plusieurs sous-dossiers (pas toujours liés entre eux) ou de très petits dossiers qui auraient pu être rassemblés.

La série Côte d'Ivoire illustre bien les failles du procédé et, bien qu'il ne soit pas prévu de procéder à un reclassement complet, un certain nombre de documents ont dû être déplacés dans les dossiers traitant du même sujet. Le très volumineux dossier de correspondance générale coté CIV/I/15 a été divisé en 6 nouveaux dossiers pour harmoniser son traitement avec ceux qui le précèdent.

Dans le répertoire imprimé, les dossiers avaient été présentés par tranches chronologiques à l'intérieur des séries mais l'introduction de titres pour l'édition encodée a entraîné une modification de leur ordre afin de respecter une cohérence hiérarchique.

Libre accès aux originaux.

Ministère des Colonies

DERNIÈRE MISE À JOUR LE 2017-02-21

Archives
Inventaire réalisé par les Archives nationales d'outre-mer, révisé et complété pour la mise en ligne par F. Reynier, chargée d'études documentaires
Recherche par critères
 ou entre   et