SÉRIE L - COLONISATION (1832/1942)

Description matérielle 204 m.l.

Libre accès aux originaux (selon leur état de conservation) à l'exception des sous-séries 34 L à 40 L communicables uniquement sur microfilm (67 Miom) et des sous-séries 52 L et 54 L communicables selon la législation en vigueur (article L. 213-2 du code du patrimoine).

En plus des instruments de recherche rédigés pour chaque sous-série, il faut signaler l'existence d'index sous forme dactylographiée pour les sous-séries L, 1-7 L, 9-11 L, 13-16 L, 19-32 L, 34-44 L

La série L et l'ensemble des sous-séries qui la composent regroupe les papiers laissés par les différents bureaux du Gouvernement général de l'Algérie qui eurent, au cours des ans, à s'occuper de la colonisation et dont les attributions varièrent de façon assez sensible.

Les premiers essais, anarchiques, de colonisation, avaient été menés sous le contrôle de l'intendant civil puis, à compter de 1838, du directeur de l'Intérieur. Il fallut attendre 1842 pour que fût créé un bureau spécialisé, qui releva successivement de la direction de l'Intérieur, de la direction des Affaires civiles puis, lors de la création du ministère de l'Algérie en 1858, du 2e bureau de la direction de l'Administration. Le rétablissement du Gouvernement général en 1861 entraîna son rattachement à la direction des Services civils, puis au 2e bureau du Secrétariat général. Après 1871, il devait être balloté sans cesse entre ce dernier et les directions de l'Intérieur et de l'Agriculture.

Mais ses attributions restèrent toujours limitées. Dès le début, une sorte de partage s'était établie entre lui et les préfectures dont les bureaux de colonisation effectuaient l'essentiel de la besogne, en particulier les opérations nécessaires à la constitution des villages de colonisation (périmètre de colonisation et peuplement), en liaison avec les services techniques du Gouvernement général. Ces derniers — service topographique puis, à partir de 1903, service des travaux de colonisation et du génie rural — réduisirent peu à peu les attributions du service de la colonisation du Gouvernement général, qui disparut pratiquement lors de la création, en 1942, du service autonome de la colonisation et de l'hydraulique. Le peu qui restait de son activité propre fut confié au Secrétariat général du Gouvernement général.

Les archives constituant la série L diminuent donc de volume au fil des ans et leur intérêt se modifie. Quelle que soit leur importance, elles ne peuvent suffire, à elles seules, à répondre aux questions que pose l'étude de la colonisation.

La série L comprend quatre groupes de documents :

  • des dossiers généraux : la sous-série L concerne l'immigration en Algérie, la colonisation foncière, les concessions de terres, les créations de centres de colonisation, les travaux s'y rapportant.
  • des dossiers techniques : les sous-séries 1 à 44 L renferment pour l’essentiel des documents sur les compagnies de colonisation, sur les villages de colonisation, leur création, leur développement, les travaux d’aménagement qui y ont été faits, leur peuplement. Certains articles concernent des sujets plus spécifiques comme l’emploi de la main-d’œuvre pénitentiaire, les chantiers de charité, la colonisation maritime, l’immigration métropolitaine et étrangère.
  • des dossiers de demandeurs de lots de colonisation : 51 L (colons européens), 53 L (colonisation maritime), 50 L (concessionnaires indigènes=.
  • des dossiers de personnel : 52 L (personnel du service géographique) et 54 L (géomètres).

DERNIÈRE MISE À JOUR LE 2017-04-18
État général des fonds
Recherche par critères
 ou entre   et