Mauritanie IV-VII (1901/1932)

Description matérielle 5 cartons ; 0,6 m. l.

Dès le XIe siècle, la région est sous la suzeraineté de nomades venus du nord, notamment de la confrérie des Almoravides, fondateurs du Maroc. Dans la deuxième moitié du XVe siècle le littoral est exploré par les navigateurs portugais puis fréquenté par les négociants hollandais, anglais et français.

Les premiers établissements stables de la France datent du XVIIIe siècle, avec l'acquisition d'Arguin et de Portendick, importants centres commerciaux, en particulier pour la gomme que contrôlent les émirs du Trarza et du Brakna. Les visées expansionnistes de ces derniers et la concurrence avec les commerçants de Saint-Louis au Sénégal entraînent des conflits avec les Français jusqu'à la fin du XIXe siècle.

En 1902 et 1903, Xavier Coppolani, chargé d’une mission spéciale parmi les populations de Mauritanie, obtient l’abdication de l’émir des Trarza et établit un protectorat sur le Brakna. Le territoire ainsi constitué est alors placé sous l’autorité d’un commissaire relevant du gouvernement général de l’Afrique occidentale française.

De 1907 à 1909, sont conquis le Tagant et l’Adrar. En 1945, les terres peuplées de nomades maures sont détachées du Soudan français.

La Mauritanie, devenue colonie en 1920, est administrée depuis Saint-Louis. Elle est successivement colonie française jusqu’en 1946, territoire d’outre-mer de 1946 à 1958, république autonome dans le cadre de la Communauté en 1958 et indépendante en 1960.

Ordre chronologique des gouverneurs (d'après les Sources de l'histoire de l'Afrique au sud du Sahara dans les archives et les bibliothèques françaises - I Archives, Inter documentation company, s.l.n.d.). Il n'a pas été fait de distinction entre les gouverneurs et les gouverneurs par intérim.

  • Xavier Coppolani, de 1904 à 1905
  • Bernard Montané-Capdebosq, de 1905 à 1907
  • Henri Gouraud, de 1907 à 1910
  • Henri Patey, de 1910 à 1912
  • Charles Mouret, de 1912 à 1914
  • Louis Obissier, de 1914 à 1916
  • Nicolas Gaden, de 1916 à 1926

Les documents les plus anciens concernent les missions de Xavier Coppolani et les débuts de l'organisation administrative du territoire en 1901-1904. Après la mort de Coppolani, le maintien de la présence française face à la rébellion des tribus nomades nécessite plusieurs opérations militaires, parmi lesquelles celles des colonels Gouraud (colonne de l'Adrar) en 1909 et Mouret en 1913. En parallèle, est évoquée la contrebande d'armes destinées aux rebelles maures qui reçoivent l'appui du Maroc. Une fois la région pacifiée, la réorganisation des confins sahariens entre la Mauritanie, l'Algérie et le Soudan et la création d'unités méharistes de surveillance communes sont envisagées en 1925. La dernière série de documents est constituée par les procès-verbaux de séance du conseil d'administration des années 1921-1932 et les rapports de présentation au Conseil de gouvernement de l'Afrique équatoriale française de 1929 et de 1931

Libre accès aux originaux (selon leur état de conservation).

Accéder à l'inventaire en ligne.

DERNIÈRE MISE À JOUR LE 2017-04-18
État général des fonds
Recherche par critères
 ou entre   et